Review Box 0
3.8 / 5 La note d'EDR
{{ reviewsOverall }} / 5 (5 votes) La note des lecteurs
Facile à lire
Intéressant
« Ce pouvoir supranational mille fois annoncé sous des formes violentes par des écrivains de science-fiction s’installe sans bruit dans la douceur d’une civilisation où la gratuité ne sera plus l’exception mais la norme, où le travail sera réservé à une élite abusivement rémunérée et où la majorité de la population éjectée du travail par la robotisation sera livrée à une douce vacuité entretenue par un revenu minimum garanti en contrepartie d’une connexion permanente »

Les 3 idées clés

  • Les entreprises du Big Data ont mis l’homme à nu en le rendant transparent. De manière insidieuse, les GAFA nous incitent à livrer nos données en échange de la promesse d’une vie meilleure.
  • Une complicité s’est installée entre les GAFA, l’état et l’appareil sécuritaire américains, pour servir le dessein impérialiste de transformation du monde.
  • Nous devons reprendre le contrôle de nos vies et construire une alternative pour échapper à un monde inégalitaire dans lequel nous serions domptés par une poignée d’entreprises monopolistiques.

Expérience de lecture :

Ce livre m’a été conseillé par mon libraire de quartier. Je venais juste de lancer mon blog. Epuisée par tant d’heures de travail, je me suis lancée pourtant sans hésiter dans cette nouvelle lecture, pensant tout savoir de la dictature algorithmique grâce au livre « A quoi rêvent les algorithmes ?». Je m’étais déjà forgée mon opinion : nous sommes responsables de nos choix. Et il ne nous reste plus qu’à exercer notre libre arbitre.

J’ai dévoré « l’homme nu » et ai trouvé ce livre effrayant. J’ai douté de l’intégrité de mon esprit critique car je remettais progressivement en question ma vision. Sommes-nous vraiment assez éclairés pour être responsables de nos choix ? Le livre décrit sans concessions le complot de puissances économiques, financières et politiques pour nous enfermer dans un monde auquel il sera dorénavant difficile d’échapper.

Ce livre apporte une analyse complète et documentée du processus de l’asservissement de l’homme par les Big Data.  On peut toutefois reprocher aux auteurs une vision manichéenne et centrée sur les puissances Nord-Américaines, alors qu’un début de « résistance » s’organise en Europe, et que la Chine ne peut plus être exclue de ce dessein impérialiste.

Mon conseil : Je vous conseille de lire ce livre accessible et efficace qui ne vous laissera pas indifférent. C’est une analyse intelligente et documentée mais j’ai trouvé cette théorie du complot entre les GAFA et le monde du renseignement un peu excessive et paranoïaque.

Résumé :

Les entreprises du Big Data, les GAFA, nous mettent à nu en nous rendant totalement transparents.  Contre des promesses de confort, de vie éternelle et de vie meilleure, nous alimentons la « matrice » en renonçant sans état d’âme à notre intimité et notre liberté. Tout est organisé pour collecter la donnée, cette énergie inépuisable. Même notre réel contribue à numériser le monde grâce aux objets connectés, « Le monde qui nous entoure s’est transformé en buvard ». Tout ce processus se fait de manière invisible et nous avons au final délégué à ces sociétés le guidage de nos vies en renonçant au hasard, pour choisir le confort d’un monde plus prévisible.

Les entreprises du Big Data détruisent progressivement tout ce qui permet à l’homme de se construire : le désir, le rapport au temps, l’esprit critique, l’altérité et la notion de finitude qui est consubstantielle à toute notion de progrès. Les GAFA sont allés jusqu’à désincarner notre réel, réduire nos capacités cognitives et contrôler notre attention et nos émotions.

Mais le vrai dessein de ces entreprises est la transformation du monde pour asseoir leur puissance au détriment des individus. Ils entretiennent une relation très étroite avec l’état américain qui, après avoir assouvi ses desseins impérialistes grâce a sa proximité avec l’industrie du pétrole, complote avec les GAFA pour rayonner dans un monde sans frontière.

Les GAFA font les élections américaines et obtiennent en échange des faveurs en s’affranchissant de toutes les règles notamment celle du paiement de l’impôt. « Par hybridation, les Etats-Unis sont en train d’engendrer une entité nouvelle (…) conglomère les intérêts de l’appareil d’Etat et ceux d’une supa-oligarchie née du numérique ».

La menace terroriste et la paranoïa organisée ont justifié le rapprochement entre le Big Data et les organes de renseignement américains, pour capter encore plus de données au nom de la sécurité totale. Cette tryptique « GAFA / Etat US / Appareil sécuritaire US » prépare un gouvernement totalitaire qui menace la démocratie. Mais ce rapprochement pourrait se retourner contre les états, car Les GAFA ne croient plus au pouvoir politique, ils préparent un monde gouverné par des algorithmes et dans lequel « au lieu de gouverner les causes, ce qui nécessite de l’imagination et du courage pour affronter la complexité, on contrôle les effets ». Ils préemptent tous les pans de l’activité publique : santé, défense… Ils s’intéressent aux villes et aux voitures intelligentes pour créer et contrôler des mégapoles extraterritoriales dans lesquelles ils mettront sous cloche des citoyens domptés.

A la tête d’une économie de l’exponentiel, ils préparent pourtant une économie sans croissance dans laquelle les emplois qu’ils détruisent ne sont plus remplacés par la création de nouveaux emplois. Une économie où les riches pourront contrôler le monde grâce à la puissance technologique, solution de tous les maux. Les « autres » seront remplacés par des robots sociaux et réduits à vivre de loisirs « offerts » par les GAFA qui auront remplacé progressivement le travail par le revenu universel. Les GAFA ont perverti l’esprit libertarien d’origine du Web, qui promettait solidarité et partage pour créer une société individualiste et marchande. Nous avons de nombreux défis à relever en commençant par « refaire du citoyen le centre de gravité ». Nous devons recouvrer notre esprit critique et subversif, revenir au « pourquoi », reprendre le contrôle de nos vies et créer des vraies communautés d’entraide et de solidarité.

 



A propos de l'auteur

Christophe Labbé est journaliste au Canard enchaîné. Il est co-auteur de :-Place Beauvau, La face cachée de la police (avec Olivia Recasens et Jean-Michel Décugis, Robert Laffont, 2006).-L’Espion du Président (avec Olivia Recasens et Didier Hassoux, Robert Laffont, 2012).-Bienvenue place Beauvau (avec Olivia Recasens et Didier Hassoux, Robert Laffont, 2017).

À trente-cinq ans, il commence une carrière littéraire en racontant le destin de son grand-père maternel, « gueule cassée » de la guerre de 14-18, dans La "Chambre des officiers", publié en 1998 et qui le fait connaître. Dès lors, Marc Dugain se consacre entièrement à l'écriture, en traitant de sujets variés.


L'avis des lecteurs Vous avez vous aussi lu ce livre ! Notez-le !
Trier :

Soyez le premier à laisser une évaluation !

User AvatarUser Avatar
Vérifié
/ 5
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Afficher d'autres résultats
{{ pageNumber+1 }}
Vous avez vous aussi lu ce livre ! Notez-le !


You have Successfully Subscribed!

Partagez
Tweetez
Partagez