Factfulness

Auteur :
, Avril 2018 / Publié en Français en février 2019
"Le livre qui démêle le fait du faux" Le Monde.
,
Review Box 0
4 / 5 La note d'EDR
{{ reviewsOverall }} / 5 (0 votes) La note des lecteurs
Facile à lire
Intéressant
« « Mais plus j’interrogeais les gens, plus je mesurais leur ignorance, et pas seulement chez mes étudiants : partout. Je trouvais préoccupant que les gens soient si mal informés sur le monde. (…) Et comment des experts et des responsables politiques pourraient-ils résoudre les problèmes du monde, s’ils n’opèrent pas à partir de faits avérés ? Comment des hommes d’affaires pourraient-ils prendre des décisions raisonnables pour leurs organisations, si leur vision du monde est fausse ? Et commun chacun d’entre nous pourrait-il savoir de quels problèmes il faut vraiment s’inquiéter ? ». »

Les 3 idées clés

  • Notre vision du monde est erronée et périmée. Elle est déformée par nos peurs irrationnelles, nos instincts et la manipulation.
  • Nous devons systématiquement contrôler nos instincts et nos filtres pour avoir une meilleure vision de l’état du monde.
  • Cette prise de recul est indispensable à titre individuel pour identifier les vrais défis de la planète. Cela permettra aussi à nos dirigeants de mieux orienter le choix des politiques publiques au service du progrès.

Commentaires et avis :

J’ai lu ce livre avec beaucoup d’intérêt pour comprendre son succès exceptionnel et les critiques dithyrambiques dont il a fait l’objet. Ce livre est une bouffée d’optimisme, la mise à jour indispensable de nos connaissances et il nous permet de nous recentrer  sur les vrais défis de la planète. Hans Rosling nous aide à plus d’humilité sur nos connaissances et à prendre du recul et retrouver notre esprit critique dans un flot d’information incessant. Ce livre est un indispensable, il est toutefois un peu long avec beaucoup de répétions, il aurait pu être plus efficace en tenant sur 200 pages.Il ne se lit pas nécessairement de manière linéaire, vous pouvez picorer des idées dans différents chapitres.

Je regrette aussi que Hans Rosling tombe parfois à son tour dans une vision simpliste : doit-on se réjouir du taux d’enfants qui « sortent de l’école primaire » dans les pays à faible revenu sans mesurer la qualité de l’éducation ? « Sortir de l’extrême pauvreté » est-il le gage d’une vie décente quand on vit dans une capitale bondée, asphyxiée et gangrénée par le chômage ?  Le monde n’est définitivement pas si simple, donc même à la lecture de ce livre, gardez votre esprit critique 🙂

Le résumé :

Pendant son parcours à travers le monde Hans Rosling a constaté l’ignorance des personnes les mieux éduquées et leur savoir périmé sur l’état du monde. Il utilise les statistiques pour démontrer notre ignorance et nous prouver que le monde va beaucoup mieux qu’on ne le pense. Il a fait passer des tests à des populations dont les niveaux d’éducation sont très hétérogènes et les résultats sont incroyables : des experts internationaux, des Prix Nobel « répondent moins bien que des chimpanzés ne le feraient en choisissant au hasard des bananes marquées des réponses correspondantes ». Cette vision fausse est causée par nos instincts primitifs et par un conditionnement négatif par les médias, ceci génère des opinions basées sur des erreurs.

Les conséquences de cette déformation sont délétères : mauvaises décisions des hommes politiques dans les politiques de développement, des hommes d’affaires qui ignorent des potentiels de marché exceptionnels,  des individus pessimistes et incapables de comprendre les vrais défis du monde.

Ces instincts et ces préjugés nous empêchent de voir les progrès monumentaux et inédits de l’humanité le siècle dernier mais aussi ces cinquante dernières années.

Ces préjugés sont le fruit de 10 instincts que nous devons combattre :

  1. Instinct du fossé : le monde est divisé en deux, cet instinct favorise les visions binaires.
  2. Instinct négatif : nous fait dire que « le monde va de plus en plus mal » et idéaliser le passé.
  3. Instinct de la ligne droite : « la population mondiale est juste en train d’augmenter sans cesse ».
  4. Instinct de la peur : favorise l’attention sélective pour préférer les histoires les plus dramatiques.
  5. Instinct de la taille : fait perdre le sens des proportions et pousse à surestimer un chiffre isolé.
  6. Instinct de généralisation : nous emmène vers des conclusions hâtives. « Ils sont tous pareils ».
  7. Instinct de la perspective unique : l’idée simple qui conduit à l’idée simpliste.
  8. Instinct de la destinée : «  ça a toujours été comme ça et ça ne changera pas demain ».
  9. Instinct du blâme : c’est simple, il y a des méchants coupables (« les médias », « les riches »…).
  10. Instinct d’urgence : le « maintenant ou jamais » qui annihile notre esprit critique.

A cause de ces instincts et de ces peurs irrationnelles nous bridons les perspectives, nous adoptons des raisonnements binaires et simplistes quand le monde est dans la nuance et nous avons une vision dramatique du monde. Et pourtant le monde a changé, il n’y a plus de fossé entre pays développés et non développés : 75% des hommes vivent dans des pays à revenu moyen et en 20 ans ont a réduit l’extrême pauvreté par deux.

Nous devons contrôler nos instincts, calmer nos peurs irrationnelles et s’attaquer à nos préjugés.  Voilà les postures à adopter pour être factuels et se baser sur des faits plutôt que sur des opinions : chercher les majorités, se méfier des moyennes et des comparaisons entre les extrêmes, reconnaitre nos instincts et nos filtres, éviter les chiffres isolés, savoir que « les quantités et les taux racontent des histoires différentes », se méfier de nos souvenirs qui  idéalisent la passé, prendre du recul face aux informations sélectives et spectaculaires déversées par les journalistes et les activistes.

Ce travail sur soi est indispensable à titre individuel pour comprendre le monde actuel et se centrer sur les vrais défis. Au niveau collectif une meilleure connaissance de l’état du monde permettra à nos dirigeants de prendre les bonnes décisions et cibler les investissements pour mieux contribuer aux progrès de l’humanité.

Le lien pour faire votre test de connaissances : http://forms.gapminder.org/s3/test-2018

Pour en savoir plus en vidéo https://www.ted.com/talks/hans_rosling_shows_the_best_stats_you_ve_ever_seen?utm_campaign=tedspread&utm_medium=referral&utm_source=tedcomshare

 

 

 

 

 



A propos de l'auteur

Médécin, professeur de santé publique et de santé internationale, statisticien et conférencier Suédois. Il est connu pour son travail sur la visualisation des données. Il est également le cofondateur et le président de la Fondation Gapminder, qui a développé le logiciel Trendalyzer.


L'avis des lecteurs Vous avez vous aussi lu ce livre ! Notez-le !
Trier :

Soyez le premier à laisser une évaluation !

User Avatar User Avatar
Vérifié
/ 5
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Afficher d'autres résultats
{{ pageNumber+1 }}
Vous avez vous aussi lu ce livre ! Notez-le !


You have Successfully Subscribed!

Partagez
Tweetez
Partagez